Génération Y, au travail!


Si vous êtes nés entre 1980 et 2000, vous faites partie de cette génération que l'on décrit comme étant paresseuse, difficile à satisfaire, aux attentes complexes et sans réel attachement ni fidélité à l'entreprise.

Qu'en est-il réellement? Vos attentes vis à vis de l'entreprise ne se résument pas uniquement à un bon salaire mais vous souhaitez que l'entreprise pour laquelle vous travaillez respecte vos valeurs. Si vous êtes réellement concernés par l'environnement, l'entreprise qui vous emploie devra respecter l'environnement en mettant en place des mesures concrètes; pas seulement une charte énumérant les responsabilités sociales de l'entreprise sur son site web.

Ayant grandi dans un environnement dans lequel vos parents n'avaient pas besoin de deux salaires pour vivre et ou les emplois étaient facilement accessibles (particulièrement en ayant fait des études) vous avez idéalisé le monde professionnel. Aussi, vous avez beaucoup misé sur ce fameux Saint Graal "le diplôme universitaire" qui vous ouvrirait les portes d'un avenir sans embûches et surtout plein de succès. Une fois votre diplôme en poche, il a fallu vous battre pour obtenir un emploi. Après plusieurs entrevues vous avez été engagé. Votre enthousiasme et estime de soi étaient au plus haut! Votre valeur allait enfin être révélée au monde.

Pourtant, après un début prometteur et des étoiles pleins les yeux (oserais-je parler de papillons dans le ventre?). Vous avez vite eu le sentiment d'avoir été bernés. Pourquoi est-ce que cela ne ressemble pas à ce à quoi vous aviez rêvé. Peut être parce que certaines entreprises voient uniquement l'être humain comme un outil? Vous êtes une ressource dont on se sert pour atteindre un objectif financier.

Auriez-vous quelque chose à apporter à la génération précédente? Une autre perspective? Oui, très certainement mais dans la majorité des cas vous n'aurez pas l'occasion de soumettre votre point de vue.

Ce constat frustrant, viendra renforcer le sentiment d'instabilité déjà présent dans votre génération: - économie instable, contexte familiale de plus en plus complexe, ... une société en perpétuelle changement. Ou est ce modèle auquel vous aviez cru toute votre enfance? Vous avez pourtant bien suivi le mode d'emploi, n'est-ce pas? Si vous faites partie de la génération Y vous avez probablement un jour eu ce type d'échange avec votre employeur :-)

Entreprise: Tu es viré(e)

Vous: Je suis viré? Non sérieux? Qu'ai-je fait?

Entreprise: Non c'est pas toi, c'est moi. Tu es trop bien pour moi. Je suis sûre que tu seras mieux sans moi.

Vous: Si je suis trop bien pourquoi m'avoir engagé? Qui laisse partir un diamant?

Même si cette histoire est contée avec humour elle résume bien le malaise derrière le licenciement.

Il arrive aussi que certaines entreprises aient le sentiment d'être humaine, d'investir dans des jeunes professionnels pour malheureusement les voir partir à la concurrence.

En réalité comme dans n'importe quelle relation, il faut apprendre à se connaître, connaître les attentes de l'autre, s'y intéresser réellement et essayer de les combler. L'employeur comme l'employé devraient non pas regarder à leur intérêt propre mais à l'intérêt de l'autre. Qu'est ce qui ferait qu'il ne vous quittera jamais pour des conditions salariales avantageuses? Qu'est-ce qui ferait qu'une entreprise ne penserait au licenciement qu'en dernier recours ?

Seriez vous en droit de réclamer plus d'authenticité, de transparence, d'humanité dans l'entreprise?

La génération Y est humaine, authentique et manifeste un désir de stabilité. Elle doit plus souvent faire face au changement que la génération qui la précède et devient malgré elle une experte dans ce domaine. Bien que vivement critiquée par certains, elle semble juste réclamer un peu plus de transparence, plus d'écoute, de confiance et d'authenticité dans ses rapports avec l'entreprise pour laquelle elle travaille.

www.nadinelibert.com


71 vues0 commentaire
Contact

Plateau-Mont-Royal

Montréal, Québec

Tel: 514 582 4234​

    Nom *

    Email *

    Sujet

    Message

    © 2017 Nadine Libert